Blog de Chryss

04 , 2008

Enseignement de base en "Malgache"

Chronique — Par istraky @ 14:26
  Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4

Cette nouvelle a fait couler beaucoup d’encre depuis quelques semaine : « L’utilisation de la langue malgache dans l’enseignement de base ».

Tout d’abord je tiens à signaler que je ne suis pas contre l’effort déployé par le gouvernement pour se concentrer au développement de la langue et de la culture malgache.

Cependant, je pense que l’utilisation de notre langue dans l’enseignement n’est pas une chose sérieuse, du moins irréaliste. Le fait est que cette expérience a été tenté plusieurs fois mais qui est restée sans résultat. Nous avons tous connu la conséquence de cette mesure prise pendant la 2ème république. On a obligé les instructeurs à enseigner les élèves avec des mots « barbares » tels que le « gôba », « vatoaratra », « efamira », « sokera », « karana » « lava-piringa »,…… histo-géo devenait « tajéfia ». Tous les mots difficiles à traduire devient « fitaovana »….. fitaovam-pihinana, fitaovam-pandrenesana, fitaovam-pananahana…..ou  « marika »… mari-danja, mari-pandrefesana, mari-pahamantarana…. Certes, ces mots sont tous des vocabulaires bien malgache qui existe bel et bien dans le « rakibolana », seulement, c’en est trop lorsque « connaissances usuelles » devient « fahalalana tsotsotra » qui est vraiment l’inverse.

J’étais et je le suis parmi cette génération sacrifiée. Au lieu de bien maîtriser la langue, on s’est versé dans le « vary amin’anana », et on a perdu une chance de bien connaître des autres langues telles que la langue de Molière. La cause de la non réussite de cette méthode, c’est le manque de matériels, il n’y a pas assez de livre pour instruire les élèves, le système utilisé par les enseignants ne sont pas les mêmes, il n’existe pas vraiment de norme.

Aujourd’hui, on tente d’instaurer les mêmes procédés alors que depuis plusieurs années, je n’ai plus revu des livres, ouvrages ou méthodes écrits en malgache. Pour justification l’Etat évoque des directives données par les bailleurs de fonds et de la logique selon le fameux MAP. Une mesure contradictoire, car depuis peu, le gouvernement a ordonné l’utilisation de l’anglais comme langue officielle avec le malgache et le français. 

Pour moi la solution, ce n’est pas de revenir à la malgachisation des enseignements de base mais la mise en place des formations pour les enseignants. Ce n’est pas pour rien que les « gouvernants » envoient leurs enfants étudier dans des écoles d’enseignement français ou anglais. Savez-vous que le fils cadet du président étudie en ce moment en Angleterre après avoir étudié dans une école d’expression anglaise ?

CHR


Commentaires

  1. Iza moa i Moliere dia nahoana i Koto no tsy maintsy hianatra ny teniny raha tia hahalala ny fambolem-bary?????

    Angaha i Koto tsy olona? tsy manana ny taniny? tsy manana ny teniny?
    No tsy maintsy tenin'olona no ampiasainy raha hianatra handrafitra izy.

    Mampihomehy ilay hoe "generation sacrifiee". hahaha. Izaho nianatra tamin'ny teny gasy fa tsy hitako mihitsy izay olana. Teny frantay angaha hoe no tsy dia haiko. hahaha

    Raha ny fahalalana ny teny frantay no mampandroso dia ny gasy angamba no faha-30 mandroso indrindra era-tany.

    Par sitlo — 04 2008, 16:55

  2. Tsy manohitra ny teninao aho satria izaho koa nahita maso ny zava-nisy tamin' ny années 80's arak'ireo voalazanao ireo.
    Saingy izaho kosa mino fa angamba tsy ny teny malagasy loatra no nandrendrika ny génération 80's, fa antony hafa.
    Tsy izay firenena mampiasa ny tenin-drazany hoenti-mampianatra akory dia sacrifié daholo. (Jereo ireo firenena manankarena be ao Azia atsinanana ireo).

    Par lehilahytsyresy — 04 2008, 19:26

  3. Hm ahatsiarovako ilay prof TAJEFI-nay tamin'ny 5e ity lahatsoratra ity! Asa raha misy mpiara-mianatra mandalo eto! :-)

    Par Lalasoa — 04 2008, 22:51

  4. Le kozy zany hoe mora kokoa @ ankizy ny mahazo ny lesona sy hoe mampahay azy haingana kokoa raha toa ka @ ilay teny gasy izay iresahany isan'andro no ampianarana azy eee.
    (eritrereto @ le hoe ankizy any ambanivohitra fa aza ilay any @ ville loatra no jerena)

    Dia raha hohazomina zany le frantsay dia hoe avela miteny gasy ny ankizy ary atao @ teny gasy ny fanazavana. Vao mia tena absurde be izay satria lasa mitombo 2 izany ny zavatra enarana, atao azo aloha ilay kozy dia ianarana ny dikany @ teny frantsay dia enarana ny manoratra izay any an-tsaina @ teny frantsay indray...

    mora kokoa raha hoe ilay teny gasy no anaovana ny lesona sy hanazavana azy...

    rehefa hiditra eo @ ambaratonga faha2 indray anefa izany dia mivadika ho teny frantsay indray ilay izy... dia miverina @ ilay dilemne teo hoe mbola vao hianatra an'le teny ndray izany ry zareo... raha tsy hoe nohezahina atao tsikelikely any @ ilay ambaratonga voalohany angaha izay... asa aloha fa isika koa tsy tena mahita ny syllabus fa dia manao resaka amorom-patana fotsiny doly :)

    Par simp — 04 2008, 23:57

  5. Moi aussi, je fais partie de cette "génération sacrifiée", mais je pense que la malgachisation a poussé les élèves à mieux maîtriser les langues étrangères. La langue malgache n'est pas des « mots barbares » (!), c’est une langue bien structurée qui a ses grammaires et ses vocabulaires, qui a bien sa traduction des autres langues. Et qui ose dire que Le Japon est un pays sous-développé car la population travaille avec leurs langues ? Je ne suis pas d'accord ! Et je n'ai jamais fait du « vary amin'anana » quand je discute avec des anglais ou des français, pourtant je fais partie des géné sacri comme tu dis ! Toi non plus, je vois que tu maîtrise bien le français d'ailleurs. Et « fitaovana = outil », c'est le mot exact en français et en malgache, ce n’est pas une difficulté de traduction, nous aussi nous avons nos académiciens malgaches !!! Pour l'histoire de Molière, c'est une différence de culture : nous étudions nos ancêtres et eux les leurs, c’est propre à chaque pays et on n’est plus au temps de la colonisation pour dire « nos ancêtres sont les gaulois » ! Le problème n’est pas au niveau de la traduction mais au niveau des matériels et niveau d’étude : par ex les autres pays utilisent déjà l’informatique, des livres bien structurés (cahier à l’appui), des machines pour les agricultures bien développés etc, tandis que nous faisons tout à la main faute d’argent et donc perte de temps. Leurs études sont déjà loin, nous sommes encore au niveau très bas. C’est là ce qui ne nous fait pas avancer mais PAS la malgachisation, bref c’est la pauvreté du pays qui nous attarde. JE SUIS FIERE DE MA LANGUE MATERNELLE, et je mérite le mot POLYGLOTTE car en France, à part l’anglais et l’allemand, ils ne parlent pas le malgache et c’est un PLUS pour moi !

    Par kdaombaramita — 05 2008, 10:12

  6. Moi aussi, je fais partie de cette "génération sacrifiée", mais je pense que la malgachisation a poussé les élèves à mieux maîtriser les langues étrangères. La langue malgache n'est pas des « mots barbares » (!), c’est une langue bien structurée qui a ses grammaires et ses vocabulaires, qui a bien sa traduction des autres langues. Et qui ose dire que Le Japon est un pays sous-développé car la population travaille avec leurs langues ? Je ne suis pas d'accord ! Et je n'ai jamais fait du « vary amin'anana » quand je discute avec des anglais ou des français, pourtant je fais partie des géné sacri comme tu dis ! Toi non plus, je vois que tu maîtrise bien le français d'ailleurs. Et « fitaovana = outil », c'est le mot exact en français et en malgache, ce n’est pas une difficulté de traduction, nous aussi nous avons nos académiciens malgaches !!! Pour l'histoire de Molière, c'est une différence de culture : nous étudions nos ancêtres et eux les leurs, c’est propre à chaque pays et on n’est plus au temps de la colonisation pour dire « nos ancêtres sont les gaulois » ! Le problème n’est pas au niveau de la traduction mais au niveau des matériels et niveau d’étude : par ex les autres pays utilisent déjà l’informatique, des livres bien structurés (cahier à l’appui), des machines pour les agricultures bien développés etc, tandis que nous faisons tout à la main faute d’argent et donc perte de temps. Leurs études sont déjà loin, nous sommes encore au niveau très bas. C’est là ce qui ne nous fait pas avancer mais PAS la malgachisation, bref c’est la pauvreté du pays qui nous attarde. JE SUIS FIERE DE MA LANGUE MATERNELLE, et je mérite le mot POLYGLOTTE car en France, à part l’anglais et l’allemand, ils ne parlent pas le malgache et c’est un PLUS pour moi !

    Par kdaombaramita — 05 2008, 10:12

  7. istraky
  8. Misaotra anareo naneho hevitra. Izay toe-tsaina manavaka ny Ambanivohitra sy Andrenivohitra izay mihitsy anefa no tiako ho kianina. Ny any ambanivotra ve zany tsy afaka mahalala ny fandrosoana aty andrenivohitra ?? Tsy milaza mihintsy ny tenako hoe: "ratsy ny teny malagasy".
    Tsy hoe voatery hiteny frantsay fa ny fampianarana dia tokony atao amin'ny teny vahiny, satria tsy ampy fitaovana isika. Ny tena marina dia TENY TSY natao ampianarana "fizika", "matematika",sns ny tenin-drazantsika. Firy aminareo ireo no nianatra tany amin'ny E.P.P. ary mbola mieritreritra handefa ny zanakareo any ??

    Par istraky — 06 2008, 15:18

  9. istraky
  10. Manaraka izay, ny sekoly tsy miankina dia nilaza fa mbola tsy handray io fepetra io aloha amin'ity taona ity.
    Nianatra momba ny "Kajy Mirindra" nandritra ny dimy (05) taona teny amin'ny ambaratonga ambony ny tenako fa na ny soratra ao anatin'ny "Mari-pahaizana" aza tsy voavadika amin'ny teny malagasy.
    Ny voambolana nampiasainay nandritra izay dimy taona izay, ny 10% raha be indrindra no misy dikany amin'ny teny malagasy kanefa lazaina ho bado izay tsy mahay mampiasa "Solosaina" amin'ny taona roa arivo. Ny teny hoe "solosaina" aza dia diso tanteraka satria tsy izay no asan'ny "ordinatera" fa ny mifanohitra aminy.

    Par istraky — 06 2008, 15:20

  11. istraky
  12. Ny resaka hoe firenena zanatany frantsay aty Afrika. Tsy ny fitenenany teny frantsay mihitsy no tsy mampandroso azy fa ilay toe-tsaina(...). Betsaka ny firenena miady an-trano na any "Erôpa" aza fa mbola tsy nisy teto amintsika izany.
    Ny japoney dia nitana ny kolotsainy hatramin'izay ary manana fomba fampianarana sy fitaizana mahomby. Ka ry zareo "eropeana" indray aza no mianatra ny teniny. Matoa maro amintsika ny te-hianatra na hiasa any an-dafy dia tsy mahafa-po ny eto an-toerana. Ny Japoney anefa tsy mba maniry ny hivoaka ny taniny izany raha mbola azo atao!

    Par istraky — 06 2008, 15:24

  13. Misy fifandraisany ny fitenenana frantsay sy ny toe-tsaina ka. Rehefa miteny frantsay ny firenena iray dia lasa (mba tsy hitenenako hoe "voahozona") hifandray amin'i France hatrany. Ny fifandraisana amin'i LaFrantsa anefa dia haintsika ihany : ny Tombotsoany no tadiaviny voaloha, eny fa na dia hamotehana ny tanindrazanao aza izany. ---Hoy ianao hoe "Matoa maro amintsika ny te-hianatra na hiasa any an-dafy dia tsy mahafa-po ny eto an-toerana" ---Ka hoy aho hoe : "tsy ny fitiavako teny frantsay no andehanako aty am-pita fa ny fitadiavana izay mahazaka maniraka. fa raha ny sitrapoko dia nataoko tao an-tanindrazana avokoa izany. Koa ho fanafodiny dia tokony hatao tsara ny ao an-toerana dia hijanona ao ny olona. Ary isika rehetra izao no hitondra izany fanatsaràna izany. Momba ilay resaka hantsana eo amin'ny tantsaha sy tandrenivohitra dia izao : tena fanefitra ho amin'azy io ny fanagasiana. Amin'izay mba hitovy daholo ny malagasy rehetra fa izay mazotoa sy liana amin'ny teny vazaha no mandinika izany. Na izany aza anefa dia tokony atao maro ny sehatra ahafahana mianatra teny vahiny, na dia ao anatin'ny fanagasiana aza.

    Par tokinao — 06 2008, 16:02

  14. finoanaranoray
  15. mizara 2 hoa ny olona eto an-tany ny fetsy sy ny dondrona...na ampianarina @ teny gasy aza ny fetsy dia mbola fetsy ihany ka hianatra teny vazaha maromaro... ka aza mba dondrona ihany fa dia ho "extremiste" eo...

    Par finoanaranoray — 07 2008, 10:31

  16. hahaha

    Par sitlo — 07 2008, 19:29

  17. Pour plus de précision, même Jean Joseph Rabearivelo utilisait la langue Française pour étudier, ce qui ne l'empêchait pas de devenir un poète malgache de renom. Il écrivait en malgache et en français. Il admirait entre autres, Baudelaire, Jean Jacques Rousseau à qui il a emprunter le diminitif JJR.

    Par istraky — 11 2008, 07:58

  18. http://ssd-dago.over-blog.com/article-20978228.html

    Par SSD-DAGO — 18 2008, 09:41

Powered by LifeType